from hope to enjoy

Dr Laurent Pellet Spécialiste en chirurgie plastique

Interview du Dr Laurent Pellet sur Radio Lac au sujet de la Fondation Beautiful ABC et sur la reconstruction mammaire.

Ecouter les interviews

Concert Kimka - fêter l'été et la musique

Kimka, vous convie dimanche 16 juin dès 15h30 afin de fêter l’été et la musique

Pour plus d'infos cliquer ici

Soutenez-nous: Les verres BABC

 

verre babcSoutenez notre association avec le verre BABC de l'amitié
Consultez nos prix d'achat


Soutenez Muriel ainsi que l'Association Beautiful ABC

Muriel est inspirée par la force et l’énergie positive dont son amie Fanny Leeb déborde durant sa lutte contre le cancer du sein...

Lire la suite...

Événements Beautiful ABC

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

La reconstruction mammaire

La chirurgie additionnelle pour completer une reconstruction mammaire

La reconstruction mammaire est une procédure qui se déroule en trois étapes.

  1. La première étape ne vise qu’à rétablir le volume au moyen d’un implant ou de la transplantation de peau et de tissu adipeux.
  2. La seconde étape, réalisée six mois plus tard, servira à atteindre la symétrie.
  3. Enfin, un tatouage du mamelon et de l’aréole est effectué sous anesthésie locale lors de la troisième etape. Cette dernière étape ne constitue pas vraiment une intervention chirurgicale. D’ordinaire, l’aréole de l’autre sein est également tatouée afin d’obtenir une couleur similaire.

Pour les reconstructions par implant, on va adapter le volume de l’expanseur ou de l’expanseur permanent. Cela se fait par une petite valve de remplissage dans ou à proximité de l’implant. L’expanseur ne sera remplacé par une prothèse définitve qu’après avoir atteint le volume désiré. Les fluctuations du poids et du volume mammaires ne peuvent ensuite plus être corrigées, sauf si l’on procède à une nouvelle intervention.

Immédiatement après une greffe de tissus autologues, la forme du sein peut sembler peu naturelle ou ne pas être bien ronde. Mais c’est par le simple effet de la pesanteur que le sein retrouvera rapidement une forme naturelle. Par ailleurs, on essaie la plupart du temps de transplanter une plus grande quantité de graisse que celle nécessaire pour obtenir la forme et le volume souhaités. Cela permet de corriger facilement la forme et le volume lors de la seconde intervention chirurgicale puisqu’il est évidemment beaucoup plus simple de retirer de la graisse localement que d’en ajouter. La graisse est retirée aisément, à des endroits très précis, par liposuccion. En outre, il s’avère souvent nécessaire de retirer des excès de peau à certains endroits spécifiques. Toutes ces corrections peuvent en général être effectuées en anesthésie locale.

La reconstruction du mamelon

On va également procéder à la reconstruction du mamelon du sein reconstruit. Cela se fait au moyen de la peau du lambeau, par application d’une sorte de modèle de feuille de trèfle. Après incision, la peau est redressée, repliée sur elle-même, puis suturée pour former ainsi un petit mamelon (fig. 17.16). Cette intervention provoque l’apparition d’une petite cicatrice rectiligne qui sera camouflée  ultérieurement par le tatouage de l’aréole. Les adaptations de la cicatrice ou du volume qui s’avèrent nécessaires sont pratiquées au cours de la même intervention. Si le sein reconstruit est trop grand, on peut facilement réduire sa taille par liposuccion ou par simple résection chirurgicale. Si le sein reconstruit est trop petit, on peut l’agrandir avec les mêmes techniques que celles décrites dans le chapitre de l’augmentation mammaire. On peut ainsi placer une prothèse derrière le lambeau. Il s'agit alors d’une petite prothèse habituellement, car seul le volume du sein doit être corrigé. La technique du lipofilling quant à elle est souvent utilisée pour ajouter du volume à des endroits très précis.

Fig. 17.16. Une technique simple de reconstruction du mamelon.

Sein contralatéral

Il est également possible, lors de la deuxième intervention, que des adaptations soient nécessaires sur l’autre sein pour obtenir une symétrie de forme et de volume. Mais c’est avant d'exécuter la première opération que le chirurgien et la patiente discutent dans le détail de la possibilité de pratiquer une intervention également sur le deuxième sein. Ainsi, lors des consultations initiales, avant la première intervention, les objectifs à long terme sont déterminés. L’opinion de la patiente concernant le sein non touché est demandée. Si la patiente est satisfaite de son autre sein et qu’elle ne souhaite pas recourir à la chirurgie pour ce sein, la reconstruction visera à imiter la forme et le volume du deuxième sein. Le sein non lésé servira donc de modèle pour la reconstruction.

En revanche, si la patiente n’est pas satisfaite de la forme ou du volume de son autre sein, on doit préalablement discuter des possibilités de correction à effectuer lors de la deuxième opération. Puis, au cours de la première intervention, on essaiera de reconstruire le sein pour qu’il soit proportionné à la constitution de la patiente. La deuxième opération visera alors à corriger le sein naturel pour qu'il soit identique en  forme et en volume au sein reconstruit. Dans ce cas, c’est le sein reconstruit qui servira de modèle pour adapter le sein naturel.

Les corrections possibles du sein naturel comprennent une augmentation mammaire, une réduction mammaire ou un lifting du sein (voir également les chapitres 12 à 14). S’il existe un risque plus élevé de cancer du sein, on peut envisager une mastectomie préventive du côté non affecté. Le cas échéant, on procédera alors à une reconstruction mammaire bilatérale.

References

Weelisch DK, Schain WS, Noone RB, Little JN. The psychological contribution of nipple addition in breast reconstruction. Plast Reconstr Surg. 1987;80:699-704.

Kroll SS,  Reece GP, Miller MJ, et al. Comparison of nipple projection with the modified double-opposing tab and star flaps. Plast Reconstr Surg. 1997;99:1602-1605.

Anton MA, Eskenazi LB, Hartrampf CR Jr. Nipple reconstruction with local flaps: star and wrap flaps. Perspect Plast Surg. 1991; 5:67–78

Cronin ED, Humphreys DH, Ruiz-Razura A. Nipple reconstruction: The S flap. Plast Reconstr Surg. 1988;81:783–787. 

Rubino C, Dessy LA, Posadinu A. A modified technique for nipple reconstruction: the ‘arrow flap’. Br J Plast Surg. 2003:56;(3):247–251.

Losken A, Mackay GJ, Bostwick J III. Nipple reconstruction using the C-V flap technique: a long-term evaluation. Plast Reconstr Surg. 2001;108:361-369.

Shestak KC, Gabriel A, Landecker A; et al. Assestment of long-term nipple projection: a comparison of three techniques. Plast Reconstr Surg. 2002;110:457-463.

© 2017 Beautiful After Breast Cancer Foundation, Swiss

Please publish modules in offcanvas position.